Dubaï, la ville de tous les possibles et de la démesure

Ville de tous les superlatifs, au croisement de l’Asie et de l’Afrique, aux multiples influences, les architectes du monde entier en ont fait jaillir les projets les plus fous, lui donnant des allures de ville du futur. 90% de sa population est étrangère. 

Dubaï, la ville de tous les possibles et de la démesure
Partagez cette info avec vos amis :

Dubaï est la ville de tous les possibles. On est très vite saisi par son énergie et sa démesure. Entre tours vertigineuses, héliports privés et yachts de rêve, le visiteur en prend plein la vue et ne touche presque plus terre. Iles artificielles, pistes de ski en plein désert, hôtel 7 étoiles le plus cher du monde en forme de voile, cuisine à l’or, Dubaï a été entièrement façonnée par la main de l’homme, afin de réaliser ses rêves les plus extravagants.

Dubaï et ses 2 visages

Tour de DubaïDu haut de la majestueuse Burj Khalifa, tour la plus haute du monde (828m), semblable à un immense éclair de verre et d’acier surgissant du ciel, on ne peut s’empêcher de s’interroger sur ce que devient l’âme bédouine d’antan de Dubaï ? Ses traditions, son histoire.

Pour cela, il faut se rendre à Deira, le vieux Dubai, et prendre un Abra, embarcation traditionnelle en bois sillonnant le Creek. Dubai change alors de visage, on remonte à la mythique Arabie des marins, des marchands, des Mille et une nuits, au doux parfum des épices, à l’éclat des parures en or et des étoffes traditionnelles chamarrées. Il est agréable de musarder parmi le dédale de rues étroites traversant le souk de l’or et le souk aux épices où vous pourrez vous procurer du précieux Safran. Ici, point de buildings, de tours démesurées, le temps s’arrête, suspendu au beau milieu de la démesure. Vous pourrez admirer des habitations traditionnelles, reconnaissables à leurs tours à vent (les barjeels), élaborées pour ventiler chaque pièce, dont le mode de fabrication a été importé par les Iraniens. Bastakiya est aussi un quartier très pittoresque, avec ses nombreux musées et galeries d’art. Construit par les iraniens sunnites à la fin du XIXème siècle, vous pourrez y apercevoir les restes des anciennes fortifications de la ville, ainsi que des habitations traditionnelles en gypse.  Au cœur de Dubaï, il est encore possible d’ouvrir une petite fenêtre sur le passé au beau milieu de cette course folle contre le temps et les éléments. 

 

Traditions, fauconnerie et performance

Il existe aussi une tradition millénaire encore très vivace, la fauconnerie, inscrite depuis 2010 au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Remontant à l’époque des Bédouins qui dressaient autrefois des faucons pour chasser de petites proies telles que les outardes houbaras et les lièvres du désert, la fauconnerie leur permettait à l’origine, de pouvoir survivre dans un environnement aride et inhospitalier. Cet art tenait un tel rôle dans leur quotidien, que l’on retrouve plusieurs mentions de cette chasse traditionnelle dans le Coran. 

Dubaï désertLes courses de faucons sont apparues au début des années 2000. Le but du jeu est de chronométrer la vitesse des faucons pour atteindre leur proie sur une distance déterminée et de récompenser le plus rapide d’entre eux. Cet évènement attire chaque année des milliers d’émiratis, à tel point que petit à petit, un vrai business s’est mis en place. Il existe par exemple bon nombre de boutiques spécialisées, où les émiratis trouvent leur bonheur : gants, chaperons en cuir, ou encore nourriture et vitamines destinées à leurs rapaces. Les espèces prisées sont les faucons pèlerins et les faucons sacres. Ne soyez pas étonné si vous apercevez des perchoirs dans les halls de certains immeubles de bureau ou d’hôtel…Non loin de Dubaï, à Abu Dhabi, située à 1h30 de route, se trouve une clinique entièrement dédiée aux rapaces, soignant environ 11 000 spécimens par an.  Vous pourrez aussi visiter sur place un musée dédié à la fauconnerie et son histoire. 

Dubai conserve malgré tout, une certaine âme, ville bouillonnante, vibrante, constellée de projets toujours plus fous, vous pourrez encore au détour d’une ruelle, ouvrir une petite porte sur le passé et remonter le temps quelques instants là où Dubai n’était alors qu’une simple chimère.

Quelques bonnes adresses

  • XVA galerie, à la fois hôtel, café et restaurant végétarien
  • Bastakiah Nights : très bonne adresse au cœur d’une demeure traditionnelle à patio pour se restaurer dans le quartier de  Bastakiya, un incontournable 
  • L’ancienne maison du Sheikh Saeed Al Maktoum : cette demeure construite en 1896 était autrefois la résidence privée du Sheikh Saeed Al Maktoum (ancien émir de Dubaï 1912-1958). Vous pourrez y admirer ses plafonds en poutres et feuilles de palmier tressées, ainsi que de très beaux décors sculptés. La demeure expose une collection de photographies très intéressante sur l’histoire de Dubai.  

Publié le mercredi 15 juillet 2020 à 10:20

À propos de l'auteur

Julia Moraine Julia Moraine : Diplômée de l'Ecole du Louvre, Julia Moraine vous informe sur l'actualité culturelle du monde des croisières.